Les Français se méfient des legaltechs

Alors que les professionnels se mettent à utiliser les dernières technologies au service du droit, les Français éprouvent actuellement de la méfiance à l’égard des legaltechs.

Les legaltechs ont changé le monde professionnel juridique

Dès qu’un potentiel d’amélioration surgit, le monde professionnel est voué à changer. C’est ce qui se passe d’ailleurs aujourd’hui dans le domaine juridique. Il se trouve que le marché des avocats est en pleine effervescence depuis le boom des legaltechs. Rappelons que ces derniers ont mis en œuvre les dernières technologies au service du droit, une tendance qui constitue autrement une menace pour les professionnels du droit, notamment les avocats. Comme tout se fait actuellement à travers l’internet, le domaine du droit a aussi besoin de s’évoluer pour améliorer le mode de production et de livraison des prestations afin de mieux répondre aux nouvelles attentes et modes de consommation de la clientèle. Pour cette raison, la LegalTech se voit comme un écosystème d’acteurs divers se développant autour de nombreuses innovations. Cette transformation devrait se voir comme une belle opportunité car son objectif est d’améliorer l’accès au droit et la qualité des services rendus aux justiciables, mais les clients la voit-elle sous le même angle ?

Des investisseurs professionnels se lancent dans l’affaire

Dans la conquête de parts de marché, les legaltechs semblent accélérer le mouvement. Effectivement, on note un passage de l’investissement par les professionnels du droit à celui des business angels et des fonds de capital-risque. On peut donc dire que ce marché se professionnalise pour donner un maximum de satisfaction à la clientèle. Alors que les professionnels du droit étaient majoritaires en 2017, pour cette année, ce sont les investisseurs qui sont désormais majoritaires avec une part de 55,6 % contre 11,1 % pour les professionnels du droit. Malgré le fait que les legaltechs cherchent à renforcer leur base de clients à travers des partenariats, les Français ne semblent pas

La méfiance du côté des Français

Pour régler leurs conflits juridiques, les Français ne font pas confiance à ces plateformes en ligne. Dans de telles situations, ils cherchent à ce que les informations soient patentées et labellisées et qu’elles proviennent des professionnels du droit ou de l’institution judiciaire elle-même. D’après une enquête menée auprès d’un échantillon de Français de plus de 18 ans par le «baromètre annuel des droits et de l’accès au droit en France», 39 % des enquêtés affirment consulter des forums pour trouver des informations ou des conseils juridiques, mais 54% d’entre eux insistent ne pas faire confiance aux sites juridiques qui commercialisent des informations non délivrées par des avocats. Pire encore, deux tiers des Français, voire même plus pensent que ces sites ne sont pas capables de leur fournir des réponses suffisantes pour résoudre leurs problèmes.

Face à cette grande méfiance, ces legaltechs ne devraient-ils pas rassurer amplement leurs clientèles ?

Written By
More from Maya Straton

La violence envers les enfants

Elle désigne l’ensemble de différents agissements qui a pour objectif de mal...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *